Page d'accueil 

 Fontenay-le-Comte (Vendée)

Les villages de mes ancêtres

 Histoire de coeur

Aide généalogique

Historique du site


• Familles Soulard
- Rivasseau •
 

Origine des noms de famille

Répartition des naissances des SOULARD entre 1891 et 1990

Répartition des naissances des RIVASSEAU entre 1891 et 1990

Quelques photographies

Données généalogiques


• Mon cousinage avec •

un Maréchal de France

un Premier ministre

et une "Bienheureuse"


• Un pionnier de Detroit
(USA) •

François Bienvenu dit Delisle

Photographies de descendants

Liste de descendance

Liste éclair

Données généalogiques


 Site compatible

Internet Explorer
Mozilla Firefox


DETROIT (États-Unis)


Carte de Detroit



Passage naturel entre le lac St. Clair et le lac Érié, d’abord poste frontière puis centre de collectage des produits de la chasse amassés par les trappeurs, Detroit fut fondée par les Français en 1701.
Sa population s’élevait, en 1990, à 1 028 000 habitants (4 382 000 pour l’agglomération, 4 665 000 pour la conurbation Detroit-Ann Arbor).

La cité est entourée d’une véritable ceinture d’usines, parfois de très grande taille, autour desquelles gravitent des cités-satellites, elles aussi fortement industrialisées. Pourtant, exception majeure dans la région des Grands Lacs, l’essor de Detroit ne doit pas grand-chose, directement, à cette situation privilégiée de "détroit". La ville s’est en effet tournée vers les activités industrielles au milieu du XIXe siècle, par la transformation des produits de la forêt voisine... avec la construction de véhicules en bois.

A la fin du XIXe siècle, le dynamisme de quelques grands capitaines d’industrie entraîne une expansion spectaculaire de la construction automobile. En 1901, la région de Detroit ne recense pas moins de 321 constructeurs, la plupart, certes, encore au stade de l’artisanat. Les activités de Olds à Lansing, puis de Henry Ford à Detroit, vont réduire rapidement ce nombre à une douzaine, dont les trois "grands" mondiaux de la construction automobile: General Motors, Ford et Chrysler.


Le pont de Detroit


Parallèlement, l’agglomération s’est aussi efforcée de multiplier ses activités économiques; on peut noter à ce propos la pétrochimie, au sud de Detroit et autour de Sarnia (des raffineries sont en activité aux points d’arrivée des oléoducs acheminant les hydrocarbures extraits des régions méridionales), et le renouveau du secteur de l’imprimerie et de l’édition (dont la tradition repose sur les productions forestières locales, encore que l’incendie de Miramichi ait détruit, en 1825, près de 1 200 000 hectares de forêts).

Tandis que la population blanche de la ville diminue après 1950, sa population noire continue à se développer. Les noirs pauvres du Sud ont émigré en ville. Le 23 juillet 1967, des émeutes éclatèrent dans la partie Est de la ville. Ce sont les émeutes les plus sanglantes et les plus destructrices de l'histoire des États-Unis, avec 43 morts, 467 blessés et plus de 2000 bâtiments détruits.

La réputation de la ville s'en est ressentie et la population blanche quitte massivement la ville au début des années 1970, les Afro-Américains constituent désormais la majorité de la population et en 1973 le premier maire noir de la ville, Coleman Young, est élu. Young, membre de la gauche du parti démocrate, est un homme controversé. Tandis qu'il est apprécié d'une grande partie des habitants noirs de la ville, il est impopulaire parmi les blancs et les hommes d'affaires. La tendance démographique et le déclin économique de la ville continuent sous son mandat, qui s'achève en 1993.
Detroit demeure très sensible au marché international de la construction automobile et a vu baisser son activité industrielle avec, pour corollaires, une augmentation rapide du chômage et des tensions sociales très vives.

Aujourd'hui la ville tente de conjurer ce déclin. Ainsi montre-t-elle certains signes de renaissance dans quelques quartiers (notamment dans le centre-ville et le long de la rivière), et les relations avec le milieu d'affaires sont rétablies. Néanmoins, la population municipale continue sa chute, Detroit a perdu un quart de ses habitants entre 2000 et 2010.
De nombreux centres commerciaux, bibliothèques, hôtels et banques du centre-ville sont désertés et à l'abandon, laissant un paysage post-apocalyptique.

En mars 2013, le gouverneur de l'Etat du Michigan, Rick Snyder, entame une procédure de mise sous tutelle de la ville qui fait face à un passif de plus de 14 milliards de dollars américain.



Detroit a fêté le tricentenaire de sa fondation en Juillet 2001

Tricentenaire de Detroit



Page précédente